VALLEE



Jules Vallée est né en Belgique à Montignies sur Sambre en 1933


D'abord autodidacte il peint dès 1953 sous le pseudonyme de RAINBOW

Ses toiles, empreintes d'une fraîcheur à tendance naïve,
le font rapidement remarquer par les critiques qui le recommandent pour faire
partie de la sélection des peintres devant représenter la "Peinture Belge contemporaine"

à Valence en Espagne, ainsi qu'à Paris où il reçoit la médaille de la ville dès 1956.

Sous l'impulsion de cours privés suivis auprès du peintre surréaliste Marcel Delmotte,

 il trouve rapidement son style, empreint d'une forte personnalité.

Signant dès lors de son nom, Vallée entre dans le circuit des Galeries Belges d'art renommées.

C'est ainsi qu'on le voit successivement exposer à Bruxelles: en Mai 1956 à la galerie Demfell.

En Janvier et en Octobre 1957 à la galerie d'Egmont .

A Charleroi en Février et Novembre 1957, à la galerie du Parc.

Expositions saluées par les critiques d'art du moment:

"Cette peinture procède d'un art inattendu dans la facture, en faveur de la vie et de
la force, loin des banalités ou redites."

"Surréalisme appliqué? Non plus, la transformation ne procédant pas de choses vues ou de mobilités hallucinées.

 Jules Vallée reste, au contraire, très conscient, jusque dans la solennité de ses émotions."

"II est difficile de classer cette étrange peinture, miroir d'une expression d'art nouvelle."

"Un tel art est inspiré, mais on ne peut nier le pouvoir obsessionnel de cet art loyal et intelligent"

"Le don de la couleur aux nuances fines, rares et précieuses qui n'a rien à voir avec

 violence du fauvisme ou de l'expressionnisme."

"Son exposition ralliera bien des suffrages, eu égard à des harmonies jamais banales,

traitées sans esprit d'école ou d'influence."

"II ne peut, déjà !, plus nous décevoir."

Ces critiques, rares pour un peintre de 24 ans, lui valent d'être
référencé dans le dictionnaire PIRON des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe Siècles

ainsi que dans le dictionnaire biographique ARTO des arts plastiques en Belgique.

Dès ce moment, placé devant la dure réalité économique d'une vie de “ génie! ”,

il quitte les cimaises pour rejoindre la vie totalement absorbante d'une grande
société internationale, peignant, trop rarement, pour le plaisir de quelques amateurs éclairés.

Il retrouvera dès 2002, à 69 ans, la transe d'une peinture réactualisée par la
découverte de l'acrylique moderne, achevant 47 nouvelles oeuvres.

A Mâcon, en 2004 en la galerie François MARTIN, il expose "Un demi Siècle de peintures suggestionistes", s'inventant enfin un nom d'école qui le positionne dans l'ordinogramme de la peinture moderne: le Suggestionisme .

Monsieur P. Courtois, Sénateur et Maire de Mâcon, accueillera au cours du vernissage,

Madame Van Bever, représentant le ministère de la culture de Belgique.

" Ses tableaux sont abstraits... la chose, suggérée, s'accroche à une calligraphie sauvage, se
nourrit de lumière hachée menue qui surgit du fond du tableau,

grattée fiévreusement comme une quête de l'impossible vérité." M.C.

Référencé depuis dans le dictionnaire 2005 des "Cotation des artistes" chez Larousse: coté 1000 à 5000 Euros.

Participe en 2005 et 2006 aux Salons de peinture collectifs de Tournus.

Expose en Février 2006 a la Galerie d'art internationale Da Silva a Villeneuve d'Asc

“ Une pointure internationale”

Participe en 2006 et 2007 aux Salons de peinture collectifs de Pont de vaux

“ Un peintre inclassable”

On peut voir ses œuvres depuis lors dans divers salons collectifs

et en particulier au salon d'été 2010 de Boissezon où il reçoit le prix de la municipalité.


" On ne court pas après le génie, c'est le génie qui vous court après !!! "